Un favoris depuis de nombreuses années : Pets-easy

Premier post sur mon nouveau blog consacré à mes amours; les animaux. Et premier coup de cœur, une boutique de vente d’accessoires pour chien, chats et chevaux et encore bien d’autres articles, qui depuis de nombreuses années ravi la décoration de ma maison. Pets-Easy.fr

Continuer la lecture de Un favoris depuis de nombreuses années : Pets-easy

article-redirection-121211817

Monographie du CA DE BOU 2007

Principale île des balléares, Mallorca nous déroule ses plus beaux atours en la ville d’Artà, petit village typiquement méditerranéen situé au pied d’une colline entourée par les murailles de San Salvador
En lieu et place de l’ancienne station de train de la ville d’Artà, nos amis du Club del CA de BOU espagnol ont organisé leur 16ième Monografie.

Nationale Elevage

Tout commence la veille à la villa Via Miel en la Calla Millor par un séminaire dirigé par D.Sergio Gual Fournier Président du club (pendant 14 ans ) juge spécialisé dans la race et éditeur d’un livre prévu on l’espère pour cette année sur les origines du Dogue de Mallorque, ses anecdotes et la place qu’il doit tenir à ce jour. Un livre qui se voit être très prometteur par le nombre de documents photos et textes récoltés dans les archives de l’île expliquants les fondements même de la race.
Sont présents, une quinzaine de personnes dont le nouveaux Président, des membres du club et des participants d’autres nations. Le ton est donné immédiatement, Espagnol, Français, Hollandais, Anglais et Polonais sont présents pour démystifier les « on dit que » et tenter de comprendre ce que fut la race et la place qu’elle doit avoir aujourd’hui au sein du nombre grandissant de ses adeptes. Un axe primordial est abordé et restera le sujet essentiel de cette discussion, quel doit être le format et les proportions de la tête type du Ca de Bou. L’Histoire, les Révisions du standard et la Fonctionnalité même de la race sont épluchés pour démontrer que les axes de crâne et de museau ont été et doivent être divergents, voir parallèles, mais en aucun cas convergeants. Les proportions sont de 6 pour 4 et non pas de 3 pour 1 et que le prognathisme naturel de la race doit resté contact et non pas handicapant.
En conclusion, il nous est annoncé la prochaine mise à jour du standard auprès du ministère de l’agriculture espagnol avec la rectification de ces éléments essentiels pour la pérennité de la race. Voici qui va donner lieu à la réflection de certains d’entre nous qui se sont arrogés un standard (dit à la polonaise) et qui devront modifier quelque peu la conduite de leur ligné s’ils veulent correspondre un tant soit peu à la race qu’ils prétendent représenter.

cans-de-bou mallorque-ca-de-bou

A l’ombre des amandiers et figuiers, à l’abri des murs de pierres centenaires. La nuit s’écoule doucement dans une fraîcheur toute printanière à l’écart des flux touristiques mangeurs de littoral, sous les yeux de reliefs escarpés, sourds de tant de labeur, le vieux chien attend son maître, confiant, sans peur, toujours prêt.

un chien du quartier

ca-de-bou-vendre

Un ciel perturbé nous accueille le lendemain matin, comme la petite place de l’ancienne station de train sous les aboiements des quelques 45 dogues présents. Le soleil transparaît de part en part sous le regard perplexe et incisif d’un habitant du quartier frustré de ne pas avoir été invité à l’échaufourrée. Tous s’affairent, responsables de l’organisation préparant boutiques et récompenses, éleveurs chevronnés certain de leur supériorité et généreux de leurs images, propriétaires inquiets et incertains de leurs adorés mais turbulant compagnons et les autres, les énervés du clic, les anxieux du souvenir, les photographes inavertit qui vont numériser le gravier pour peu qu’il est été foulé par tel ou tel inconnu illustre par sa présence.

exposition de chien dogue-de-mayorca

Qu’ils sont beaux et remarquables tous, autant de spécimens réunis sous mes yeux qui n’y croyaient plus, la race est là, dans son berceau, présente et vivante plus que jamais. On m’a dit qu’il y en avait, beaucoup même… , dans les campagnes… , les fermes et les vieux bâtiments… , qu’ils étaient là, présents, tapis dans l’ombre attendant de pouvoir se rendre utile une fois de plus.
Mais là, c’est autre chose, point de combat, point de mérite à la bravoure, aucune couronne de lauriersà mériter pour son abnégation devant le danger, il faut simplement se faire beau, faire le dandy, avoir le poil brillant et l’œil fier. Il faut se tenir tranquille, oublier le tempo de son cœur qui s’accélère devant l’adversaire, et oublier son sang à la vue d’un bourgeois la baguette à la main.

scène de combat de chienun taureau face à un chien dans un combat

Le standard de la race à été malmené la veille, il a fallu remonter sur sa première édition en 1932 pour tenter d’expliquer les incohérences d’aujourd’hui et il faudra en éditer un nouveau pour justifier les dérives de demain. Il se passe la même chose dans mon esprit lorsque j’analyse pied par pied, axes divergeants contre axes convergeants, œil rond ou en amande, chien par chien, la race est présente non pas dans sa standardisation mais dans son homogénéité. Noir, rouge, jaune et blancs sont jetés en pâture aux extrémistes de l’esthétique, aux fondamentalistes de l’historique et aux névrosés du marché économique.

présentation des chien à l'exposition

Je me mets à jouer aussi à ce jeu dangereux, oublieux de mes égarements passés, oublieux de mes amours d’hier, tous ces beaux mastini, race de seigneurs aux milles exploits devenus poltrons et estropiés, simples gardes chiourmes pour maisons sans âmes. Victimes d’apprentis sorciers sans vergogne, avides de pouvoirs éphèmères , sélectionneurs de débilités morphologiques. Le si grand Mâtin de Naples, le compagnon d’aventure des plus grands forgé dans le caractère et l’effort n’est plus qu’une poupée de chiffon au coeur malade, aux os fragiles et à la vue basse, que j’ai abandoné lâchement pour sa mediocrité. La folie me reprend, je compare, je dissèque, j’extrapole et en arrière pensée, toujours et sans appel, ce leitmotiv maléfique, comment situer mon ami et mon compagnon, celui qui m’apporte chaque jour joie de vivre et gaieté de coeur.

Que vaut il ???? dans cet enchevêtrement d’innocents, débranchés, écervelés et hors fonction.

Les jugements ont commencés depuis quelques instant avant que je ne sorte de cette torpeur intellectuel, il me faut faire le témoignage de ce qu’est le Ca de Bou en cette 16 ième monographie. Je m’empare de mon Canon EOS 400 et je jongle avec les objectifs pour m’emparer de ce temps et de cette image qui s’écoule.

 

Vous pouvez retrouver des articles personnalisés avec ce chien sur le site www.pets-easy.fr